yongchun kungfu brucelee ipman

Yong Chun ou Wing Chun ?

Art martial chinois, base du Kung Fu, cette discipline se prononce différemment en mandarin : Yong Chun qu’en cantonnais : Wing Chun ou Wing Tsun.

Originaire du monastère de Shaolin, elle fait partie des boxes de la Chine du Sud. Transmise de bouche à oreille de génération en génération, cette boxe ne dispose d’aucun document historique.

La boxe Yongchun est peu connue à cause de son mode d’existence particulier : différente des autres boxes, elle n’a pas d’administrateur ni de discipline stricte ; elle n’a participé à aucune activité officielle ; elle s’est répandue parmi quelques rares personnes riches.

Les avis sur l’origine de cette boxe sont très partagés : les uns croient qu’elle a été créée par le maître Wumei en voyant le combat acharné entre un serpent et une grue ; les autres croient qu’elle a été inventée par le plus grand moine martial du monastère de Shaolin ; les autres encore croient qu’elle doit son nom à Yan Yongchun, un des disciples de Wumei. En fait, il s’agit d’une boxe qui, transmise de génération en génération, résulte d’une intelligence collective et d’un perfectionnement incessant.

Les trois parties supérieure, moyenne et inférieure du corps doivent être coordonnées ; l’esprit et le mouvement, le pas et le poing, ainsi que le coup et l’intention doivent coïncider ; l’attaque doit être fatale.

Les poings doivent contrôler la ligne médiane de la poitrine afin d’écarter l’attaque et la défense de l’adversaire. Cette tactique principale de la boxe Yongchun est largement appliquée et joue un rôle très important dans les mouvements de main et de pied.

yongchun kungfu brucelee ipman

Les mains doivent se déplacer dans un cadre limité par les yeux en haut, l’entrejambes en bas et les épaules à gauche et à droite pour que leur mouvement soit d’une rapidité extrême. Le coude qui sert de pivot permettant aux avants-bras de tourner librement et de créer une force puissante doit maintenir une distance d’un poing avec le corps afin de renforcer l’appui et l’attaque.

« Ecouter » la force de l’adversaire constitue une des particularités de la boxe Yongchun. Il s’agit d’une sensibilité de la peau et d’une capacité psychologique permettant de faire face à l’attaque avec de différentes techniques. Pour toutes les autres boxes, il est difficile de mettre en jeu la rapidité lorsqu’on lance une contre-attaque puisqu’on doit d’abord parer l’attaque. Quant à la boxe Yongchun, la défensive et l’offensive ne font qu’un. La simplicité et la rapidité constituent la puissance et le mystère de la boxe Yongchun.

Dans sa désignation courte, l’art martial est désigné simplement par ces deux sinogrammes :

  • le sinogramme 詠 yǒng/wing : « chanter, entonner » ou dans le registre poétique « exprimer, raconter »
  • le sinogramme 春 chūn/chun : « printemps », « désir sexuel » ou « vitalité »

 

One thought on “Yong Chun ou Wing Chun ?

  1. obey

    October 20, 2013 at 10:57pm

    quel chance il a ce mec ! moi jaimerais passer dans les mains d’un Maitre severe et intransigeant et qui me traiterait comme une lope que je suis !

Comments are closed.